Billet à la une

La morille, un roi parmi les champignons
La morille, mon champignon fétiche, au-delà du cèpe ou de la girolle pourtant délicieux !! Après c’est une question de goût !!!

Avec cette forme de conifère qui fait penser à Noël alvéolé, la morille, contrairement aux idées reçues est un champignon printanier qui pointe le bout de son nez conique dès la fonte des neiges.

On la trouve rarement fraiche mais la morille se conserve très bien séchée, en bocaux ou surgelée. Ma préférence va nettement à la morille séchée qui conserve intactes les propriétés de texture et gustatives du produit. Je travaille celle de Bourgogne (merci Madame Niogret).

 

Attention !! Ne la consommez jamais crue. Elle contient de l’hémolysine qui détruit les globules rouges.

 

Aux fourneaux, l’amie légendaire et inséparable de la morille, c’est la crème fraiche !!! Je me ferais damner pour une bonne sauce aux morilles (mais pas que !!!) et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, je la fais. 

Petits pois, morilles et jus d'agneau

Les possibilités sont infinies : poularde aux morilles, rôti de veau aux morilles mais le summum en toute simplicité, c’est… LA TARTINE AUX MORILLES.

Tellement simple, une bonne tranche épaisse de pain de campagne grillée d’un seul côté pour garder du moelleux et vous nappez largement de morilles à la crème. Une tuerie à partager entre initiés !

Les autres billets...

Une partie de mon cœur est ancrée entre la Bourgogne, la Bresse et les Monts du Bugey avec des noms qui résonnent immédiatement aux papilles comme Vonnas, Nantua mais aussi des lieux des odeurs, des saveurs qui me ramènent vers mon ADN de cuisinier : Sancé, Brenod, La Frasse, Ramboz…